La galère du NAS

 tux-ubuntu.pngIl y a plusieurs mois nous avions fait l'aquisition d'un NAS. Un Iomega StorCenter ix2. Il était fourni avec deux disques sata de 1Tb. Cette bestiole embarque un OS GNU/Linux qui lui permet de partager les fichiers via les protocoles standards cifs, nfs, afp, etc.nas_iomega.jpg Il propose aussi deux choix de gestion des disques; RAID 1 ou JBOD. Lors de l'installation l'assistant demande de choisir l'un de ces modes et sur le moment la tentation de profiter pleinement de mes 2Tb a été plus forte que la sage sécurité du miroir. Nous avons donc commencé à entreposer nos données sur le NAS et plusieurs mois après le constat fut sans appel; nous avions stocké des données importantes que ne nous voulions pas voir disparaitre. C'est que le JBOD du NAS est géré par un groupe de volumes LVM qui contient les deux disques comme volumes physiques. Ce qui signifie que si l'un des deux disques mourrait, nous perdions (au mieux) les données sur le disque défectueux ... pas glop !

La décision fut donc prise de remédier à ce problème. Comme nous avions un peu plus d'1Tb de données, nous avons acheté deux disques de 2Tb chacun et un nouveau NAS. Une fois le petit dernier proprement installé et configuré en RAID 1, j'y ai copié les données du premier NAS. Il ne restait plus alors qu'à supprimer les définitions de partages sur le premier NAS et le configurer à son tour pour utiliser les disques en RAID 1. Sauf que voila, un des partages correspondait à un disque dur externe USB qui n'était plus présent et là impossible de supprimer ce fichu partage et sans ça impossible d'effacer ou de reconfigurer la gestion des disques via l'interface web.
"Qu'à cela ne tienne !" me suis-je dit. J'ai démonté les disques et j'ai supprimé les partitions sur chacun d'eux. Ahem... grossière erreur ! Car voila les fichiers systèmes n'étaient pas simplement stockés dans une mémoire flash ou autre mais sur une partition sur les disques. Et là c'est le drame le NAS ne rédémarre plus, à la place j'ai le phénomène, bien connu sur le web, de la led bleue qui clignote à l'infini. J'ai cherché une solution pendant deux semaines sans succés puis j'ai laissé tombé 2 mois avant de reprendre aujourd'hui et de parvenir à le remettre en route. Voici donc comment faire, pour récupérer un NAS Iomega StorCenter ix2 si jamais vous lui insérez des disques vierges (quelques soit vos raisons :p ).

 

 

Pour parvenir à mes fins j'ai utilisé les infos de ce site et de celui là. Le second traite du ix2-200 et les fichiers qu'il propose ne sont donc pas utilisable avec le ix2 mais la methode est la bonne à quelques détails près.

Lorsque l'on place un seul disque vierge dans le ix2, il ne démarre pas mais crée une partition et le répertoire dans lequel il espère trouver les images système du NAS.
Suite à ça, on démonte le disque et on le branche sur une machine GNU/Linux (via un convertisseur sata/usb ou directement en sata). Un fdisk -l vous montre le disque et sa partition. C'est une partition d'environ 1Gb. On partira du principe qu'il s'agit du device /dev/sda1.

C'est une partition raid et pour lire les données qu'elle contient il faut d'abord configurer un ensemble RAID md.

Par défaut sur Ubuntu la commande mdadm n'est pas présente, pour l'installer :

aptitude install mdadm

puis on tape :

mdadm --create /dev/md0 --level=1 --raid-devices=2 /dev/sda1 missing

On indique dans cette commande que le disque fait parti d'un ensemble RAID 1 de deux disques mais que l'un d'eux manque.

Le device spécial /dev/md0 est alors créé et on peut le monter pour voir ce qu'il contient.

mount /dev/md0 /mnt

Visiblement selon les nas le répertoire des images système n'est pas le même. Si vous avez pris les images acronis du premier site et que vous les avez extraites sur un disque, vous avez noté que le répertoire des images est "images". Hors dans mon cas le répertoire que le NAS crée sur un disque vierge est "imaging_dir". La solution consiste donc à prendre le répertoire images de la sauvegarde acronis du site 1 et le copier sur votre disque puis copier le contenu dans le répertoire "imaging_dir".  J'ai créé une archive pour éviter les futures manipulations inutiles sur les images acronis . Le fait de laisser les deux est peut-être inutile mais dans le doute...

Ensuite on démonte la partition,

umount /mnt

On arrete le device de raid,

mdadm --stop /dev/md0

Et on remonte le disque (et lui seul) dans le NAS.

Normalement, après avoir connecté le cable réseau, l'alimentation et allumé le NAS, les images disques sont lues et, au bout d'une minute ou deux, une led rouge s'allume. A ce moment là on peut se connecter sur le NAS en HTTP via l'IP qu'il a obtenu en DHCP. Sur les images du premier site, le compte est "admin" sans mot de passe. On éteint le NAS et on installe le second disque qui ne doit contenir aucune partition, ni de superblock RAID.

Si jamais vous avez un superblock raid déja présent : 

mdadm --zero-superblock /dev/sda1

Cette commande retire le superblock RAID du disque de sorte qu'il ne soit pas identifié comme faisant parti d'un autre ensemble RAID.
Après redémarrage le NAS commence la reconstruction raid, mais il est tout de même disponible pour créer les partages et configurer le système.

Pfiou ! Le NAS est pas (trop) cher donc on lui pardonnera (ou pas) cette faiblesse. Par contre pour ceux qui possède ce NAS, je conseille vivement de l'éteindre, de démonter un disque et de sauvegarder le contenu de la première partition même si vous ne comptez pas changer les deux disques d'un coup.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir